Automne 2018  (Lost Generation)

Je me tiens face à La Closerie des Lilas, observant un homme, en qui je crois reconnaître Scott Fitzgerald. Dans la première partie du rêve, des silhouettes se pressent dans mon périmètre immédiat, et de grands éclats de voix se font entendre à droite dans la pénombre du boulevard. Les mains jointes, je regarde fixement cet homme, regrettant de n'être pas à ses côtés. Je lui adresse d'absurdes petits signes (jugés comme tels sur l'instant)... Plus tard, je suis contre lui, si près que nos têtes se touchent. Les regards se portent alors vers nous et petit à petit je constitue la cible d'une conversation au cours de laquelle chacune des personnes encore non identifiées prend la parole à tour de rôle, à voix feutrée. Un homme tente d'assommer un très grand poisson sur le bord du trottoir, sans succès, assenant ses coups sur le banc, déclenchant une pluie de petites pièces de bois autour de nous. Scott Fitzgerald me demande : «Votre mère est française ?» Par cette question, je comprends obscurément que la sienne ne l’est pas, que cela suscite en lui une certaine tristesse… 

Copyright © denis-fremond.com "Tous droits réservés" Conception, Réalisation et Promotion : 2AD informatique